Averse

C’matin chuis fatiguée,j’ai mal au bide, j’en ai plein l’dos…
Mes nuits en bilboquet, les gosses m’bouffent le cerveau
J’m’entends même plus penser tellement j’suis ramollo

Et c’boulot à la con, en vrai ça c’est, pas rigolo…
Ces salopes de ptits chefs qui s’astiquent l’ego
dans ce temple kafkaïen, c’est bonjour les dingos

J’en ai marre, toute la semaine, de me rendre au turbin…
Il pleut dru, et le froid,me décolore les mains
le ciel fouette de gris mon costume de larbin

Je passe ainsi ma vie, à vraiment trop, mal la gagner…
Coquillage dans l’oreille, moi pour me consoler
j’écoute une musique triste, un prétexte pour pleurer

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *