Ça va toujours !

Le Diable mon cher ami n’a pas tourné casaque
et depuis le grand Jacques toujours se nourrit
de la folie des hommes, de la lourdeur des chaines
Comme prospèrent les puissants sur la misère humaine !

Il attise toujours et la peur, et la haine
détruisant l’horizon, la violence se déchaîne
Rusé, sournois et fourbe, il peut bien festoyer
avec comme terrain d’jeu nos peurs recroquevillées

En lisière de nos vies se retrouvent tapis
des ombres bien inquiétantes et des rats terrifiants
Ils rodent avec les hyènes et encerclent nos vies
de lois, de règlements, de tous les interdits

Nos libertés chéries si durement acquises
laissent place sans mot dire, à une censure polie
On ferme les écoles, hôpitaux et hospices
et reviennent la misère, la violence, l’illettrisme

La Justice en déni, dans l’abyssal dédain
des médias muselés, notre France agonise
bascule dans les tensions, brutalité sans nom
de ceux qui ont bien trop, face à ceux qui n’sont rien

Pourtant le propos de la loi
est d’écrire le pacte social,
pas de surveiller tous nos pas,
de nous traiter comme du bétail !

la chaîne des humains n’a pas à subir le joug
d’une caste d’imbéciles, d’arrogants, de ripoux
qui s’permettent de penser qu’ils savent tout mieux que nous !

Cette caste mortifère travaille vaillamment
à dévaster la terre, et prospère la misère
s’enfuient nos libertés, gonflent leurs rendements
Le Diable, mon ami, sait mener ses affaires…

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *