Desenfantée

Tu devais être et tu n’es pas
t’aurais du naître et t’es pas né
t’aurais du vivre, t’a pas vécu
Mon enfant oublié,
par la vie et le temps

T’aurais du être et tu n’es pas
t’aurais du être et n’sera jamais
Mon enfant même pas né
moi j’ai les bras vides plein d’toi
de c’que la vie du coup n’sera pas.

Le monde est, certes, plein d’humains
mais monde sans toi, ce s’ra moins bien.
Blessure profonde, qui en regrets abonde…

Le destin assassin a voulu que se meure,
sans même avoir vécu, l’enfant qu’ici je pleure.

Et toujours tout au fond
cette once irraisonnée
de culpabilité.

Comment aurais je pensé
à ces antiques peines,
des enfant morts avant que d’exister ?

Je mets la tête entre les mains
et essaie de penser à rien.
Que c’est dur !
Je m’perds toujours en conjonctures…

le poids de mes regrets
la joie de mes refrains
la peine des lendemains

Tu es toujours présent
éternel manque de vie.
Et en mes rêveries
mon esprit se noie,
de n’avoir pas même eu,
simple souffle de toi

Mon enfant est mort, même pas né.
Et moi je suis, desenfantée.

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *