La p’tite bête

C’est tellement chaud l’amour
tellement doux le velours,
de, ta, peau…

C’est tellement bon l’humour
tellement beau le parcours,
de, ton, dos…

Car, là, ce sont mes doigts,
comme des petits soldats,
qui passent pas à pas
et donnent le, tempo…

Petite bébête qui monte,
le long de ta colonne,
et puis se contorsionne
dans ta nuque cre-scendo…

Et, de, t’entendre rire,
illumine mes sourires,
adoucit mes soupirs,
mon bébé mon, cadeau…

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *