Question circulatoire

Quantité fixe de sang, dedans le corps humain,
pose une drôle de question à mon être féminin.
Qui est d’savoir, lequel, d’leurs organes non vitaux,
les hommes cessent d’irriguer, quand ils bandent subito ?

J’entends ici des dames qui sont prêtes à parier
que c’est bien le cerveau qu’ils cessent d’utiliser,
quand remplit de sang neuf, ils tombent en pâmoison,
tige en verte floraison, conscience à l’abandon.

Curieuse disposition et faiblesse de vot`sexe,
que de s’vider la tête sur le dos d’cette pauvre Eve.
Mais enfin, soyons juste vers masculine engeance,
les hommes sont émouvants, tant épris de beauté !

Faut dire, quelle folle idée d’avoir pénis à l’air.
Il me semble que, moi, ça me rendrait nerveuse,
de sentir mon intime exposé à tous cieux
ballottant sous le vent, fragile, à découvert,
et soumis aux caprices du destin malicieux.

Mais d’être ainsi pointé par les dieux facétieux,
n’autorise aucunement votre sexe bien trop fier,
à être de mon sexe, le souverain, le Dieu,
et pouvoir décréter d’un revers de la main
tout ce qui me convient et tout ce qui est bien !

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *