Démarche

Dis-moi comment tu marches, j’te dirai qui tu es.
Que j’aime ces raccourcis dans le prêt-à-penser
qui savent bien, des nuances, éviter le danger !

Parfois le nez en l’air, parfois les cernes aux pieds
à regarder la terre, perdue dans mes pensées
sagesse des bonobos ou envie d’un café

Tantôt le vent dans l’dos, tantôt luttant debout,
pour ne pas trébucher les yeux en couille-de-loup
les poings au fond des poches comme un vulgaire filou

Dès fois la peine au cœur de toutes les tombes le froid,
et des fois même, je crois, des fois même pas tout droit,
slalomant sur bitume et sous regards narquois

Et puis toutes ces journées où c’est vers le bonheur,
que se portent mes pas enrubannés de fleurs
un sourire en clin d’œil aux paquebots ronchonneurs

Une fois dans la rue dans ma joie au matin,
j’fus Lady Godiva sans rien d’autre sur les seins
pour traverser la ville que l’écrin de mes mains

Alors c’est quoi, dis-moi, la bonne façon d’avancer ?
J’sais pas où va la route, comment il faut marcher
quelles seront les étapes, moi tout ce que je sais
c’est que c’est le chemin que j’aime à arpenter…

Miette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *